francais

Fil Rss des articles de ce mot clé

Coin

Rédigé par Xavier Gouchet - 17 février 2019 - aucun commentaire

Je connaissais depuis longtemps l'expression Être frappé au coin du bon sens, sans en connaître l'origine. En faisant des recherches, j'ai découvert que cela venait de la méthode utiliser pour créer des pièces de monnaie. Le coin était l'empreinte en métal utilisée pour "frapper" la monnaie et lui donner le relief désiré (la valeur de la pièce côté pile, et le visage d'un illustre personnage côté face). L'expression d'origine était d'ailleurs être frappée au coin de …, que l'on complétait en fonction de la situation.

Certains anglophones auront d'ailleurs fait le rapprochement entre le coin utilisé pour fabriquer les pièces de monnaie, et le mot utilisé pour désigner ces même pièces. C'est frappé au coin du bon sens !

Grume

Rédigé par Xavier Gouchet - 31 octobre 2018 - aucun commentaire

Pour commencer sur ce sujet, il est important de noter que ce mot est féminin, on parle donc de la grume (rien à voir avec l'agrume donc). Ce mot désigne, dans le domaine sylvicole, l'écorce qui reste sur le bois coupé. Dérivé du bas-latin gruma signifiant cosse ou écorce, ce mot désigne aujourd'hui, par extension, un tronc d'arbre coupé, non encore équarri, et le plus souvent ayant toujours son écorce.

Ainsi on ne parle de tronc que lorsque celui-ci est encore enraciné. Et lorsqu'il est équarri, on parle alors de madriers, de poutres, de tasseau ou de planches, ou de bien d'autre choses encore selon la forme et la taille.

Source : ma femme, alors que nous passions à côté d'un camion en train de charger des grumes assez importantes.

Zain

Rédigé par Xavier Gouchet - 21 août 2014 - aucun commentaire

Cet adjectif, emprunté depuis le XVIè siècle à l'espagnol zaino (probablement d'origine arabe), désigne, lorsque l'on parle de la robe d'un cheval (ou d'un autre animal), le fait qu'aucun poil blanc n'y apparait.

Le cheval de ma femme n'est donc pas zain, même s'il côtoie probablement des juments zaines. Et à mon grand désarrois, je ne suis moi même plus très zain depuis quelques mois...

Diacritique

Rédigé par Xavier Gouchet - 22 avril 2013 - aucun commentaire

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je ne parlerais pas de mathématiques, mais de français.

Un signe diacritique désigne un signe placé au dessus, en dessous, à côté, à travers ou autour d'une lettre pour en modifier la prononciation.

On trouve ainsi parmi les signes diacritiques les signes surscrits (accents aigus, graves ou circonflexes, trémas), les signes souscrits (tels la cédille), les signes adscrits (le plus connue étant l'apostrophe), ou même inscrits (comme les lettres barrées dans les langues scandinaves).

Source : la documentation du SDK d'iOS

Classé dans : Non classé - Mots clés : français

Defectif

Rédigé par Xavier Gouchet - 16 mai 2012 - 3 commentaires

J'avais souvent ouï-dire que la langue française est compliquée. Et moi, dès qu'il s'agit de français, je suis pris de mots de tête, fatigue et tout ce qui s'ensuit.

D'ordinaire, je me contrefout de la conjugaison et de la grammaire, envoyant paître les défenseurs de la langue française. Mais, féru de connaissance, qu'il pleuve ou qu'il vente, et quoi qu'il advienne, je ne pouvait faillir à mon devoir. Il me fallait, que dis-je, il m'incombait d'investiguer cette question épineuse et d'en extraire la vérité. Et passez moi l'expression, cela urgeait

Récemment, j'ai été stupéfait d'apprendre l'existence des verbes défectifs. Il existe une centaine de verbes qui ont une conjugaison incomplète, pour diverses raisons.

Certains verbes n'existent que sous une forme fixe, le plus souvent à l'infinitif, ou employés sous forme d'adjectif, ou dans des expressions (par exemple : avenir utilisé pour un avenant à un contrat, courre utilisé dans la chasse à courre).

Pour d'autres, il manque la conjugaison pour certaines personnes, les plus connus étant pleuvoir, falloir, s'ensuivre.

Enfin pour certains, il manque carrément des temps, comme dissoudre ou soustraire, qui ne se conjuguent pas au passé simple ni à l'imparfait du subjonctif.

Source : ma chère épouse